Compétence en esthétique

Une clinique doit s'assurer de la compétence de ses chirurgiens 


Écrit par Droit-medical.com    
Mardi, 25 Août 2009 16:24 


Dans un arrêt du 11 juin 2009, la première chambre civile de la Cour de cassation a rendu une décision favorable à une patiente qui reprochait à un établissement de santé privé de ne pas lui avoir fourni du personnel qualifié pour l'opérer lors d'une intervention de chirurgie esthétique (pourvoi nº 08-10642). Il n'est pas question dans cette affaire d'une panseuse ou d'un brancardier, mais bien du chirurgien qui a pratiqué l'opération...

 

En 2003, la patiente décide de subir une opération de chirurgie esthétique en vue de la mise en place de prothèses mammaires dans une clinique du Pas-de-Calais. Elle s'adresse pour cela à un chirurgien généraliste, spécialiste du cancer du sein et gynécologique, exerçant au sein de cet établissement. Malheureusement, le résultat n'est pas à la hauteur des espérances de la patiente qui décide alors de traîner devant les tribunaux pour rechercher la responsabilité de la clinique et du chirurgien. Elle reproche à l'établissement « un manquement à son obligation générale d'organisation laquelle lui imposait de fournir un personnel qualifié », car le chirurgien n'était inscrit au tableau de l'ordre que comme « chirurgien généraliste » et qu'il n'avait aucune compétence ni spécialité dans le domaine de la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Les arguments de l'établissement basés sur l'expérience et la pratique du chirurgien, sur le recours à un cabinet de recrutement ayant vérifié les diplômes du médecin ainsi que sur l'examen du contrat le liant au praticien par le conseil de l'ordre n'ont pas suffi à convaincre la Cour de cassation. Pour cette dernière,  la clinique a manqué à ses obligations à l'égard de la patiente en laissant un chirurgien pratiquer des opérations relevant de la chirurgie esthétique, sans vérifier s'il disposait des compétences requises en ce domaine, nonobstant le fait que l'exercice de la chirurgie esthétique n'ait été restreint à une liste déterminée de spécialistes que postérieurement aux faits litigieux, par décret du 11 juillet 2005.


La Cour relève aussi « qu'en vertu du contrat d'hospitalisation et de soins le liant à son patient, l'établissement de santé privé est tenu d'une obligation de renseignements concernant les prestations qu'il est en mesure d'assurer, de procurer au patient des soins qualifiés, et de mettre à sa disposition un personnel compétent ».